un bien étrange chemin

Vous savez mon ami
Dernièrement j’ai marché sur un bien étrange chemin
Je suis si heureux que vous n’étiez pas là
Pour voir ma chute, pour voir mon abandon
Ma douleur tellement profonde
Mes veines s’ouvrent lentement
Laissant échapper ma détresse
Laissant écouler mes rêves
Ecoutez mon ami
Car personne n’a voulu entendre ce que je vous dis maintenant
Si faible était mon espoir
Si froid le monde autour
Si fortes mes plaintes
Les échos de mon malheur si futile
Accroché dans ma chair comme un vers affamé
Je glisse au fond de la fosse au centre de mon âme
Mes forces brisées m’abandonnent
Lentement avec l’épais flot carmin
Rependu sur le sol comme un océan écarlate

cain

Laisser un commentaire